Pourquoi être candidat à la Présidence de l’université ?

Version 2

Parce que je souhaite donner à notre université une nouvelle dynamique, où la prise de décision est transparente, basée sur la consultation et l’information des personnels et des usagers,  parce que je suis prêt à totalement m’engager pour assurer une formation de qualité pour les étudiants et pour renforcer et tirer l’ensemble de la recherche vers le haut en visant l’excellence sans pour autant sombrer dans l’élitisme.

Quel projet, quelle méthode ?

Le projet politique que je vous proposerai sera affiné avec vous. Il sera construit au sein de groupes de travail ouverts à tous pour enrichir ma réflexion, mais ce seront les rencontres avec tous les acteurs de l’université (BIATSS, enseignants, enseignant-chercheurs, chercheurs, personnels permanents, contractuels, et étudiants) qui valideront notre projet collectivement. Ces rencontres auront lieu sur le campus de Dijon et sur tous les campus du territoire à Auxerre, au Creusot, à Chalon, à Mâcon et à Nevers. Je vous invite à y venir nombreux.

La concertation et la collégialité de la gouvernance universitaire représentent la vision que je me fais de la fonction de Président d’université. C’est le travail en équipe qu’il faut privilégier, le travail des équipes administratives et techniques, des conseils centraux, des composantes et des laboratoires. Pour que les responsables administratifs puissent appliquer pertinemment la politique de l’établissement, il faut les impliquer dans le processus de l’élaboration de la décision. Cela passera par une revalorisation du rôle de tous les conseils élus et par une vraie circulation de l’information, ascendante comme descendante, entre les échelons de représentation et de décision.

Je veillerai à ce que la campagne électorale ne soit pas un combat entre personnes mais un débat sur des projets. Il est normal que les visions soient différentes d’une équipe à une autre, d’un projet à un autre. Une fois les élections passées, il est essentiel que chacun puisse trouver une ambiance de travail sereine et harmonieuse et que toutes les énergies et bonnes volontés puissent être mobilisées, quels que soient les idées et les projets que l’on ait soutenus.

A travers cette lettre ouverte, je m’engage à respecter ces principes et à travailler avec l’ensemble de la communauté universitaire dans la confiance et le respect de façon à progresser collectivement, à valoriser nos forces et à améliorer nos points faibles en nous fondant sur une vision partagée.

Une administration forte et simplifiée

Nous avons besoin d’une administration générale forte à l’écoute, qui puisse accompagner quotidiennement l’ensemble des services, des composantes, des laboratoires. Il faut créer la confiance entre l’ensemble des collègues et accepter la subsidiarité, partager les responsabilités. Chaque fonction doit être respectée. Il faut réinstaurer le dialogue et, pour cela, approuver les règles de transparence de l’information. Les équipes administratives et les équipes enseignantes sont investies, elles sont forces de projets, elles méritent de bénéficier d’une autonomie d’actions et de moyens pour une meilleure efficience. Il faut créer les conditions d’émulation qui favoriseront l’innovation. Je repenserai la Direction Générale des Services en articulation avec l’équipe politique et les directions de Pôles. Enfin, il faut simplifier la chaîne administrative en la rendant plus souple et plus efficace en déconcentrant l’administration et en responsabilisant les composantes.

Formation et recherche : piliers de notre université

Il y a un sentiment de mal-être au sein de notre communauté universitaire en Bourgogne. Il nous faut en analyser les raisons et en tirer les conséquences collectivement. L’offre de formation n’est pas considérée à sa juste valeur : faire face à des publics diversifiés et des effectifs croissants exige une réflexion plus approfondie et ne peut-être examinée uniquement par la mise en place de capacités d’accueil. La réussite des étudiants et leur insertion professionnelle sont insuffisamment traitées, les enseignants-chercheurs font seuls face à cette mission universitaire essentielle de plus en plus complexe.

Concernant la recherche, les procédures se complexifient et les collègues sont surchargés par la rédaction de plus en plus lourde de projets et par des demandes croissantes de justificatifs de toute nature. Il faut simplifier la gestion de la recherche et offrir du temps de recherche aux chercheurs. Il est temps que l’équipe politique soit en soutien de l’action des collègues au quotidien.

Quant à vous collègues BIATSS, vous êtes soumis à des pressions de plus en plus fortes : la politique de primes n’est pas à la hauteur de votre investissement et certains souffrent d’un manque de reconnaissance. Ceci est inacceptable dans une institution de service public comme notre université : je mènerai une démarche volontariste et réaliste pour la reconnaissance du travail de toutes et de tous BIATSS, enseignants-chercheurs, enseignants. Il n’y a pas de réussite des uns sans l’implication des autres.

La COMUE comme levier pour la région Bourgogne Franche-Comté

La mise en place de la COMUE UBFC mérite un vrai projet universitaire concerté avec les Présidents et Directeurs de ses établissements membres, loin des rivalités, sans hégémonie, où l’uB doit être un moteur et une force de proposition pour cette COMUE Fédérale. UBFC a été créée grâce à la possibilité offerte par la loi du 22 juillet 2013, la COMUE s’appuie clairement sur la dynamique du PRES et l’université fédérale Bourgogne-Franche Comté qui avaient été créés en 2010. Cette dernière représentait l’association de préfiguration de UBFC. Pour avoir suivi ce projet dès son origine, je sais combien ce rapprochement est essentiel pour l’avenir de nos missions universitaires et pour le développement territorial.

Il est essentiel que nous remportions l’appel à projet I-site, projet qui trouve ses piliers dans les Labex et Equipex labellisés (au mandat précédent et sans lesquels rien n’aurait été possible. Je suis contre une UBFC se considérant comme un établissement à part, centré autour de l’ISITE,  éloignant la recherche de la formation, je suis contre toute séparation des niveaux Master et Doctorat du niveau Licence et DUT. Je suis pour une COMUE fédérale portant un ISITE qui permet d’alimenter l’ensemble des champs disciplinaires et l’ensemble de la communauté universitaire. Je reste attentif à ce qui fait l’essence de nos missions universitaires, le lien indispensable entre formation et recherche, l’articulation entre L et M et D. Je m’appuierai sur une relation de réelle confiance et de respect mutuel avec nos partenaires de Franche-Comté et de Bourgogne pour bâtir une COMUE fédérale comme un formidable levier pour le développement et l’attractivité de la nouvelle grande région.

Ces raisons fondent ma candidature car je souhaite une autre université avec une présidence qui soutient les équipes et les personnels et qui favorise l’écoute et la concertation, une présidence qui permet une administration efficace en soutien de nos missions, une présidence qui s’inscrit dans un partenariat confiant et respectueux au sein de la COMUE.

Je mettrai en œuvre une stratégie claire et débattue de façon transparente pour asseoir la renommée scientifique de l’uB sans opposer recherche et formation, en dégageant les marges de manœuvre permettant d’augmenter les crédits de la recherche tout en préservant une offre de formation de qualité et en garantissant la réussite de nos étudiants. Les relations avec les organismes de recherche (CNRS, INRA, INSERM), avec les pôles de compétitivité et le monde socio-économique et culturel sont des atouts à consolider.

Calendrier des réunions publiques

Les réunions dans les composantes auront lieu de 12h30 à 13h45. Les horaires seront adaptés sur les sites de Mâcon, de Nevers, du Creusot, de Chalon et d’Auxerre.

Calendrier des prochaines réunions 

  • SVTE-IUVV : le 5 Janvier entre 12h30 et 13h45 (Amphi Ampère, RC Bat Gabriel)
  • IUT Dijon-Auxerre : le mercredi 6 janvier entre 12h30 et 13h45 (Amphi 3)
  • Lire la suite →

Déclaration de candidature à l’élection à la Présidence de l’Université de Bourgogne

“Depuis plusieurs semaines, les nombreuses sollicitations de la part des collaborateurs et des étudiants de l’université de Bourgogne ont montré l’envie d’un échange et d’un partage sur l’état actuel et le devenir de notre université. Ces nombreuses rencontres m’ont conduit à poursuivre des consultations dans l’ensemble des composantes de l’université, à Dijon et sur les …