Formation et recherche : piliers de notre université

Il y a un sentiment de mal-être au sein de notre communauté universitaire en Bourgogne. Il nous faut en analyser les raisons et en tirer les conséquences collectivement. L’offre de formation n’est pas considérée à sa juste valeur : faire face à des publics diversifiés et des effectifs croissants exige une réflexion plus approfondie et ne peut-être examinée uniquement par la mise en place de capacités d’accueil. La réussite des étudiants et leur insertion professionnelle sont insuffisamment traitées, les enseignants-chercheurs font seuls face à cette mission universitaire essentielle de plus en plus complexe.

Concernant la recherche, les procédures se complexifient et les collègues sont surchargés par la rédaction de plus en plus lourde de projets et par des demandes croissantes de justificatifs de toute nature. Il faut simplifier la gestion de la recherche et offrir du temps de recherche aux chercheurs. Il est temps que l’équipe politique soit en soutien de l’action des collègues au quotidien.

Quant à vous collègues BIATSS, vous êtes soumis à des pressions de plus en plus fortes : la politique de primes n’est pas à la hauteur de votre investissement et certains souffrent d’un manque de reconnaissance. Ceci est inacceptable dans une institution de service public comme notre université : je mènerai une démarche volontariste et réaliste pour la reconnaissance du travail de toutes et de tous BIATSS, enseignants-chercheurs, enseignants. Il n’y a pas de réussite des uns sans l’implication des autres.