Quel projet, quelle méthode ?

Le projet politique que je vous proposerai sera affiné avec vous. Il sera construit au sein de groupes de travail ouverts à tous pour enrichir ma réflexion, mais ce seront les rencontres avec tous les acteurs de l’université (BIATSS, enseignants, enseignant-chercheurs, chercheurs, personnels permanents, contractuels, et étudiants) qui valideront notre projet collectivement. Ces rencontres auront lieu sur le campus de Dijon et sur tous les campus du territoire à Auxerre, au Creusot, à Chalon, à Mâcon et à Nevers. Je vous invite à y venir nombreux.

La concertation et la collégialité de la gouvernance universitaire représentent la vision que je me fais de la fonction de Président d’université. C’est le travail en équipe qu’il faut privilégier, le travail des équipes administratives et techniques, des conseils centraux, des composantes et des laboratoires. Pour que les responsables administratifs puissent appliquer pertinemment la politique de l’établissement, il faut les impliquer dans le processus de l’élaboration de la décision. Cela passera par une revalorisation du rôle de tous les conseils élus et par une vraie circulation de l’information, ascendante comme descendante, entre les échelons de représentation et de décision.

Je veillerai à ce que la campagne électorale ne soit pas un combat entre personnes mais un débat sur des projets. Il est normal que les visions soient différentes d’une équipe à une autre, d’un projet à un autre. Une fois les élections passées, il est essentiel que chacun puisse trouver une ambiance de travail sereine et harmonieuse et que toutes les énergies et bonnes volontés puissent être mobilisées, quels que soient les idées et les projets que l’on ait soutenus.

A travers cette lettre ouverte, je m’engage à respecter ces principes et à travailler avec l’ensemble de la communauté universitaire dans la confiance et le respect de façon à progresser collectivement, à valoriser nos forces et à améliorer nos points faibles en nous fondant sur une vision partagée.