Carine Erard

Qui suis-je ?

Carine Erard est maître de conférences à l’Université de Bourgogne depuis 2005.

Carine ErardAprès une formation initiale à l’Université de Caen (en STAPS puis à l’IUFM), un doctorat en Sciences du Sport obtenu en 2003 à l’Université de Paris Sud-XI, un post-doctorat financé par une bourse Lavoisier effectué à l’Université de Montréal en 2004 et une année d’Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche au département EPS de l’Antenne de Bretagne de l’École Normale supérieure de Cachan, Carine Erard intègre l’université de Bourgogne en 2005. Actuellement enseignante à l’UFR STAPS et membre de l’IREDU, ses recherches socio-historiques portent sur les parcours de réussite dans les champs scolaire et/ou sportif. Impliquée dans la Société de Sociologie du Sport de Langue Française (SSSLF) depuis plus d’une dizaine d’années, elle est, depuis 2016, rédactrice en chef de la revue Sciences sociales et Sport (classée AERES) et élue au titre du collège B au Conseil National des Universités (74ème section, STAPS) depuis 2011. Chargée de mission « Égalité et Mixité professionnelle » à l’UB entre 2011 et 2012, elle est actuellement référente « Genre » à l’ESPE.

Pourquoi je m’engage auprès de Sébastien Chevalier :

Je m’engage pour le projet porté par S. Chevalier, en particulier parce que:

  • je suis Soucieuse d’une pluridisciplinarité respectueuse des cultures disciplinaires, dans leurs rapports à la formation, la recherche et leur articulation
  • je suis Attentive à l’obtention de moyens (financiers, humains, pédagogiques, matériels) en faveur de formations intellectuelles et/ou pratiques, exigeantes et critiques, au service de la réussite d’étudiant-e-s provenant d’horizons sociaux et scolaires multiples, et favorisant des insertions professionnelles variées
  • je reconnais la multiplicité des parcours et engagements professionnels de l’ensemble de son personnel, selon des critères transparents qui puissent éviter de produire des inégalités, notamment entre les hommes et les femmes.
  • je légitime  non seulement l’excellence de la recherche mais aussi sa vulgarisation, son irrigation dans les formations et la « vie civile »
  • je suis Ouverte aux projets innovants en matière de pédagogies, de formations, de thématiques de recherche, d’accueil d’étudiant-e-s, etc…